Les programmes

Les programmes

Le préscolaire

Le Jardin d’Enfants de la Terre est une garderie privée multi-âges qui accueille des enfants de trois à six ans. Il est administré par la corporation.
Le concept multi-âges permet de recréer une ambiance familiale où il y a des petits, des moyens et des grands, de donner la chance à des enfants uniques de s’exercer dans des rôles de frères et de sœurs et de favoriser l’entraide entre les enfants.

Le jardin d’enfants (maternelle), quant à lui, accueille des enfants de 5 ans et est administré par l’école.

Que ce soit au jardin privé ou à la maternelle, le jardin d’enfants se veut le « pont » entre la maison et la grande école, permettant à l’enfant de prendre le temps nécessaire pour vivre pleinement sa petite enfance. Il est basé sur les fondements pédagogiques du cursus scolaire Waldorf qui tient à accueillir chaque enfant comme une personne unique.

Les enfants du jardin sont dans leur première septaine de vie, laquelle est intimement liée au développement physique. En effet, pendant les sept premières années, on assiste à la formation et à la maturation des différents organes sensoriels. L’énergie de l’enfant est alors principalement investie dans une importante activité créatrice physique.

Le petit enfant et les sens

Jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans, le petit enfant est vu tout entier comme un organe sensoriel. Par les sens, il découvre, se lie et s’identifie au monde extérieur, à son environnement naturel et humain. Tout l’entourage de l’enfant prend alors une très grande importance puisque l’enfant de cet âge se développe par le jeu et l’imitation. Celle-ci devient sa plus grande faculté de connaissance. Tout doit donc être mis en œuvre pour lui permettre d’exercer, le plus positivement possible, cette faculté de l’imitation.

C’est pourquoi, en pédagogie Waldorf, une grande importance est accordée au jeu libre. Par ce dernier, l’enfant peut déployer son initiative personnelle et assimiler profondément ses impressions sensorielles reliées au monde environnant. En conséquence, c’est toujours en respectant la nature imitatrice du petit enfant que la jardinière conduira son groupe d’enfants vers des activités artistiques qui deviendront source d’inspiration pour les jeux libres.

Les arts et les activités manuelles

L’aquarelle, sur papier mouillé, permet à l’enfant de faire l’expérience intérieure des couleurs à partir des trois couleurs primaires : le bleu, le rouge et le jaune.

Le modelage, effectué avec de la cire d’abeille, apporte l’expérience des forces formatrices de la matière.

Le chant et les jeux rythmés cultivent le sens du rythme.

Les contes, par le pouvoir moral et imaginatif des images, occupent une place de choix. Ils apportent à l’enfant non pas l’expérience de la vie quotidienne, mais celle de la vie intérieure de l’être humain, du processus et des phases de son évolution.

Les différentes activités manuelles permettent également à l’enfant de développer sa créativité et son habileté. Afin d’éduquer et d’affiner ses facultés sensorielles, seuls des matériaux faits de substances et de fibres naturelles seront utilisés : le bois, la terre, la cire d’abeille, la laine, le coton, le lin et la soie.

Les jeux libres et l’imagination

Une règle d’or de tout petit Jardin d’enfants Waldorf est « peu d’objets et beaucoup d’imagination… ». Au jardin, il y a donc peu de « choses toutes faites ». Bien sûr on y retrouve des blocs de cire pour le dessin, de la peinture, des pinceaux, de la cire et quelques jouets fort simples… mais on y retrouve aussi des pierres, des coquillages, des tissus, de la laine, des morceaux de bois aux formes les plus variées, des bûches et des branches, etc. Par leur simplicité, ces objets incitent à la créativité, stimulent l’imitation et donnent libre cours à l’imagination de l’enfant.

Les classes

Le curriculum

En pédagogie Waldorf, la scolarité comme telle commence au début de la deuxième septaine de vie de l’enfant. L’enseignement est structuré de telle sorte que le déroulement d’une journée de classe s’accorde au rythme naturel de l’enfant et vise à combler ses différents besoins. Ainsi, la concentration est davantage sollicitée le matin au cours de la leçon principale, un moment plus propice au travail de la pensée. Cette leçon principale qui est au cœur de la journée est idéalement enseignée pendant les huit premières années par le même enseignant (les six premières années à l’école des Enfants-de-la-Terre). Cette leçon est suivie d’une période de détente. La suite de la journée est consacrée aux leçons spéciales et aux cours à caractère artistique ou pratique.

De plus, en pédagogie Waldorf, la progression du style d’enseignement s’accorde avec le développement de la nature humaine tel que le conçoit Rudolf Steiner. Dans les premières classes, l’enseignement est alors directement relié à la vie personnelle ou au « petit monde » de l’enfant pour s’ouvrir graduellement sur l’environnement extérieur.

Les trois premières années scolaires

L’enseignement est d’abord essentiellement oral et accorde une part primordiale au mouvement et à l’expression imagée et artistique propres aux enfants de cet âge; c’est la façon la plus vivante de les toucher dans la totalité de leur être. L’écriture et la lecture prendront naissance dans le dessin ou dans l’image vivante d’un conte, d’une légende; c’est ainsi que les enfants apprennent à lire « par surcroît », sans pratique fastidieuse, mais d’une façon naturelle. Pour le calcul, l’enfant se lie d’abord à l’essence vivante de chaque nombre (l’unité, la dualité, etc.), toujours de façon imagée.

Dès la quatrième et la cinquième année

Il y a un élargissement du curriculum et l’enseignement, auparavant très imagé, sollicite maintenant davantage le sens de l’observation de l’enfant. L’étude de l’être humain, des animaux et des plantes est introduite, de même que l’étude de la mythologie et des civilisations anciennes.

À partir de la sixième année

L’enfant entre dans la période de l’adolescence. On assiste au développement d’une plus grande capacité d’abstraction en même temps que débute une transformation physique due à la puberté. Avec cette nouvelle faculté, l’enseignement vise alors une connaissance plus scientifique du monde. Le curriculum s’élargit donc à nouveau par l’ajout de l’étude des lois du monde et de la matière, c’est-à-dire, la minéralogie, l’astronomie, la chimie et la physique.

Des matières complémentaires et fondamentales

Parallèlement à ces matières de base, le curriculum Waldorf comprend des matières complémentaires, présentées par l’enseignant de classe, par des enseignants spécialistes ou grâce à des échanges entre enseignants: les langues étrangères, les travaux manuels, le travail du bois, l’éducation du mouvement, la musique, l’eurythmie en sont quelques exemples.